Chargement...
 

Imprimer

Les plantes à bulbe du Jardin botanique

Nous reprenons ici de très larges extraits d'un article de Bernard Heitz paru dans le bulletin 2006 de l'association sous le titre : "Les plantes à bulbe du Jardin botanique du col de Saverne".

 

Qu'est-ce qu'un bulbe ?

 

Image     Un bulbe est ce que l’on nomme ordinairement un oignon. Tout le monde connaît ce légume et sait comment il est fait, pour l’avoir coupé en long et en travers. Malgré vos larmes vous avez pu voir qu’à la base de l’oignon il y a un organe rond, plat et dur qui porte vers le bas les racines. C’est le plateau, en réalité la tige très courte de la plante. Ce plateau porte vers le haut des tuniques concentriques. Les plus externes sont sèches et protègent de la dessiccation les plus internes qui sont épaisses, gonflées d’un jus à la fois sucré et piquant. Ces tuniques, qui font tout le tour de l’oignon sont en fait des bases de feuilles, soit la base des feuilles de l’an passé, soit, pour les plus internes, des feuilles réduites à leur base. Ce sont des organes de réserve qui permettent à la plante de passer une mauvaise saison, en fait l’été sec, d’où les réserves d’eau et de sucre. Un bulbe construit de cette façon est un bulbe tuniqué. Il existe d’autres bulbes dont les bases foliaires ne font pas tout le tour, mais constituent des écailles plus ou moins étroites, ce sont des bulbes écailleux, comme celui des Lis. Ces derniers bulbes, à la différence de l’oignon, contiennent de l’amidon et non du sucre.     On appelle également bulbes des organes qui en fait n’en sont pas. Si vous coupez un bulbe de Glaïeul, vous constatez qu’il est constitué d’une seule masse farineuse.  Il s’agit d’une tige renflée, exactement comme une pomme de terre. Mais alors que pour cette dernière on utilise le mot de tubercule, pour les plantes à fleurs qui ont le même organe comme les Glaïeuls, les Crocus, les Cyclamens, les Eranthis, les Bégonias etc. on utilise le mot bulbe, en précisant parfois bulbe plein ou bulbe solide. Certains disent corme, bien que ce mot ait également d’autres sens. 
Allium aflatunense
Image


Le genre allium

   
  Tous ces organes ont la même fonction : permettre à la plante de passer une période difficile. Dans nos pays, il s’agit le plus souvent de l’hiver, à cause du froid, mais plus au sud c’est l’été, à cause de la sécheresse. Dans le Moyen-Orient, où il y a beaucoup de plantes à bulbes ce sont les deux. Ces plantes ne sont alors actives qu’au printemps comme les Tulipes et les Perce-neige ou plus rarement à l’automne. Dans nos régions les Scilles ou les Nivéoles par exemple connaissent deux mauvaises périodes : l’hiver à cause du froid et l’été à cause de l’ombre des arbres. Ces plantes dites vernales ne sont actives qu’entre le moment où il ne gèle plus et celui où les arbres ont des feuilles.
Les Oignons de cuisine, Allium cepa, ainsi que leur cousin l’Ail, Allium sativum, ne sont pas cultivés au Jardin botanique. On peut y voir d’autres plantes du même genre  comme allium molly(www.jardin-botanique-saverne.org/tiki-browse_image.php), un ail à fleurs jaunes atteignant 30 cm de haut. Originaire du sud de l’Europe, il est souvent cultivé à titre ornemental sa culture étant facile dans nos jardins. Tout aussi  décoratif mais à fleurs roses, Allium roseum a la même origine géographique, les mêmes exigences et la même taille.
   A côté de ces aulx décoratifs le Jardin cultive également des  aulx indigènes. Le plus connu est Allium ursinum, l’Ail des ours, Bärenlauch en allemand, qui est commun dans les forêts humides de la région, en particulier la forêt du Rhin qu’il  embaume au printemps de son odeur caractéristique d’ail. Ses fleurs blanches n’en sont pas moins décoratives et ses feuilles peuvent être utilisées comme condiment à condition de ne pas les confondre avec celles du Colchique, Colchicum automnale, autre plante à bulbe, dont la consommation peut être mortelle.

 

Toujours du même genre, on trouvera Allium victoralis, l'ail des cerfs, très rare dans les Vosges, Allium lusitanicum, petit ail à fleurs roses. Très proche du genre allium, Nestaroscordon siculum et Triteleia laxa ici représentée par un cultivar à fleurs rouges : "Königin Fabiola".
Le genre allium et ses proches cousins font partie de la grande famille des Liliacées. On peut également les séparer de cette famille pour en faire la famille des Alliacées. Presque toutes ont l'odeur caractéristique de l'ail.

 

 Les Amaryllidacées

 

  Image Image Image
 Narcissus pseudonarcissus  Galanthus nivalis  Crinum x powellii

 

La famille des Amaryllidacées présente les mêmes caractères que celle des alliacées mais ici l'ovaire de la fleur n'est pas situé dans celle-ci, mais en-dessous, enfoncé dans le pédoncule de la fleur. On dit que l'ovaire est infère, alors qu'il est supère chez les alliacées.
Proches du genre galanthus on trouve les nivéoles qui appartiennent au genre leucojum qui se distingue par le fait que les six pétales sont identiques et présentent chacun une tache veerte. Citons Leucojum vernum et  L. aestivum.
À l'inverse des plantes précédents, Crinum x powellii est un végétal de grande taille, dont le bulbe atteint la taille de la tête d'un homme, dont les feuilles dépassent le mètre et dont les hampes florales portent à 80 cm de haut des fleurs de 15 cm de long.
Dernière plante de la famille Sternbergia lutea est une petite plante aux feuilles linéaires et aux fleurs jaunes ressemblant à celles du crocus.

Les Hyacinthacées

 

Image Image Image Image
 Hyacinthoides puschkinia  Hyacinthoides hispanica  Hyacinthoides italica  Hyacinthus orientalis

 

La famille des Hyacinthacées se distingue des liliacées par des graines noires et des pétales plus ou moins soudés en un tube. Elle se distingue des alliacées par l'inflorescence qui est une grappe.
Parmi les plus spectaculaires de ces plantes Chionodoxa luciliae, appelée Gloire des neiges, alld. Schneestolz. Galtonia candicans est peu rustique.Hyacinthoides non-scripta, scille penchée, Hyacinthoides hispanica, Hyacinthoides orientalis, Hyacinthus azureus, Bellavallia romana en sont les plus connues.

 

Les Liliacées

 

Image Image Image Image
 Lilium hansonii  Fritillaria imperialis  Lilium pomponium  Lilium regale

 

La famille des Liliacées sensu stricto est constituée de plantes à bulbes tuniqués ou écailleux, avec souvent de grandes fleurs dont les pétales sont libres. La famille compte les genres Erythronium (Erythronium grandiflorum 'Pagoda' ), Fritillaria (Fritillaria imperialis, Fritillariameleagris , Lilium (Lilium aurelianense, Lilium bulbiferum var. croceum, Lilium hansonii, Lilium henryi, Lilium martagon, Lilium pyrenaicum, Lilium regale.

Créé par Jean-Marie Weber. Dernière Modification : Vendredi 29 avril 2016 10:52:50 par Jean-Marie Weber.